L’étonnant rayon Mode Homme de Monoprix

mode homme de monoprix le melting potes

On continue donc notre tour des marques de la mode masculine qui méritent d’être plus reconnues du grand public. Le dernier article portait sur Nike ACG, une branche confidentielle de Nike. Cette fois on change de registre avec une marque plus mainstream, car tout le monde connait Monoprix. Mais pas forcément pour la qualité de leur offre vestimentaire, assez méconnue de pas mal de monde, qui regardent l’enseigne comme une simple moyenne surface. Et pourtant Monoprix est bien plus que ça, et j’espère vous le démontrer, à travers notamment une analyse de la mode homme de Monoprix.

Histoire de Monoprix

Mais avant de s’attaquer au rayon mode de Monoprix, il me semble cohérent de faire un petit point sur l’histoire de ce magasin. Tout commença à Rouen en 1932, quand Max Heilbronn crée l’enseigne Monoprix. Comme l’indique plutôt pas mal le nom de l’enseigne, Monoprix s’inspire du concept américain de magasins à prix uniques. L’idée est de proposer en centre-ville une quantité limitée de produits à prix ronds dans une moyenne surface. A l’époque le concept est en vogue, car Les Nouvelles Galeries lance en 1931 le magasin Uniprix, tout comme Le Printemps avec Prisunic en 1929.

monoprix caen 1934
L’enseigne de Monoprix à Caen, à leurs débuts puisque c’est en 1934. Crédits photos : ouest-france

Petite parenthèse sur le nom de ces trois enseignes. Les mecs se sont pas emmerdés, tout est dans le nom. Ils faisaient les choses bien avant. Parenthèse terminée. Pas de vanne à l’horizon, désolé mais j’ai pas eu l’inspiration.

Cette idée est d’autant plus en adéquation avec la situation économique de la France puisqu’on est en pleine crise (la fameuse grande dépression de 1929), et les populations rurales ont migré vers les villes en espérant trouver un emploi. Le succès est immédiat, il faut dire que la clientèle populaire est attirée par la devise de Monoprix, qui vise justement le français moyen comme vouzémoi : « Mettre le bon et le beau à la portée de tous », c’est une riche idée, vous en conviendrez.

chomeurs aux halles Estate Brassai
C’était le gros bordel au moment de la Grande Dépression en France. En témoigne cette photo “Chômeurs aux Halles” capturée par Estate Brassaï. © Estate Brassaï – RMN-Grand Palais © Photo CNAC/MNAM Dist. RMN-Grand Palais © Jacques Faujour

La croissance est telle qu’en 1940 on compte 56 Monoprix en France. Soit autant que le nombre de Printemps que compte Bono. Découvrez d’ailleurs les célébrités qui ont 56 ans en cliquant sur ce lien, c’est très enrichissant.

En 1950 Monoprix en compte 300, et commence à développer sa stratégie de création de marques, avec entre autres Montjoly pour l’alimentation et Florine pour le textile. Puis arrivent les super et hypermarchés, qui font beaucoup de mal à l’enseigne à la virgule. Mais c’est un mal pour un bien, car Monoprix décide en 1994 d’abandonner le créneau des ogres de la consommation frénétique pour inventer le concept de Citymarché, qui préfère vendre un peu plus cher mais de la qualité supérieure.

Maintenant Monoprix s’est fragmenté en 6 enseignes : Monoprix, monop’, monop’daily, monop’beauty, monop’station et Naturalia.

Un positionnement durable gagnant

Pour se différencier des stratégies sordides des copains tels que Auchan ou Leclerc, Monoprix développe très tôt une conscience de l’importance du développement durable dans le commerce actuel. Avec les enjeux économiques démentiels qui pèsent sur tous les géants du commerce mondial, l’environnement et le social ne font pas le poids, alors qu’avec l’économie ils font partie des bases essentielles d’un avenir sain.

auchan sac recyclable
On fait des sacs recyclables, on est super investis dans l’environnement !

Mais c’est bien beau de le dire, d’ailleurs le développement durable fait l’unanimité (il n’y a qu’à voir la COP21), même chez les plus grands pollueurs du monde. Le but est d’agir au plus vite, même si les débuts sont perfectibles. C’est vrai quoi, on se révolte tous contre les scandales des multinationales de l’agro-alimentaire qui nous tuent à petit feu, qui vendent de la merde, qui abusent des insecticides, qui écrasent les petits producteurs. Et pourtant on n’agit pas, il suffirait d’arrêter d’acheter ces merdes.

C’est ce qu’a fait Monoprix. La première étape a été en 1990 de commercialiser les premiers produits de l’agriculture biologique, puis du commerce équitable. Ils ont logiquement créé dans la foulée les marques Monoprix Vert et Monoprix Bio.

monprix bio
Le logo de Monoprix Bio

Ils ont ensuite perfectionné le délire en répandant le développement durable dans toutes les strates de l’entreprise : la conception des magasins, l’acheminement des marchandises, et même la livraison des produits aux clients sont ainsi concernés par le double D (développement durable est trop long à écrire, soyez indulgents).

Un peu plus haut je vous ai parlé de Naturalia, une des 6 enseignes appartenant à Monoprix. Elle fait figure de l’exemple parfait de la conscience environnementale du groupe. En effet Naturalia qui appartient à Monoprix depuis 2008, est une des premières enseignes qui propose une offre exclusivement issue de l’agriculture biologique.

Stratégie mode

Mon gentil petit exposé terminé, je peux m’attaquer au cœur de cible de l’article (pas au Cœur de Lion, aucun rapport) : l’offre mode homme de Monoprix. Et c’est dans la même lignée que tout ce que l’enseigne propose. Ça fait très plaisir.

Basiques bien foutus et accessibles

Du fait de son statut de citymarché, Monoprix ne s’adresse pas à une frange précise de la population. Dans son Business Model, le client type n’est pas le jeune étudiant Sud Tarnais. Non, la cible est bien plus vaste. C’est pourquoi le meilleur moyen de contenter tout le monde est de faire des basiques. Et pour rester cohérent avec leur philosophie, ces basiques doivent être bien faits, avec de belles matières, et accessibles.

chemise rayée monoprix homme
Je vous ai parlé de bons basiques non ?

Ebé putaing les gars, ils le font bien ! Monoprix s’appuie sur son propre bureau de style qui allie savoir-faire et créativité pour dessiner leurs collections régulières. Rien de mieux pour analyser leur stratégie que de citer un communiqué de presse écrit par leurs soins. Ils y exposent 5 points sur lesquels ils s’appuient pour toujours satisfaire leurs clients :

  • Des collections renouvelées à un rythme soutenu pour surprendre les clients avec toujours plus de nouveautés
  • Une offre de basiques référents dans leur catégorie, comme le cachemire ou la marinière
  • Une offre transverse pour répondre aux attentes de toutes les générations (femme, homme, enfant, bébé) et tous les usages (lingerie et accessoires)
  • Plus de 10 collaborations créateurs/an pour démocratiser la mode et les tendances. Ainsi, à l’automne, les créateurs Zef, Masscob, Dutch Design et Dévastée sont invités chez Monoprix pour faire découvrir leur univers
  • Des collections accessibles en multicanalité : l’offre mode est présente dans la quasi-totalité des magasins Monoprix quand le site e-commerce propose aujourd’hui plus de 5 000 références mode
monoprix léon & harper
Une veste issue de la collaboration entre Monoprix et Léon & Harper, le résultat est pas dégueux !

Qu’est-ce qu’on y lit si on active le décodeur ? Assez simplement, ils jouent sur les petits stocks en magasins. Ça leur permet de renouveler sans cesse leurs collections, sans trop prendre de risques de perdre des tonnes d’argent en invendus, et de viser une grande partie du spectre de la population grâce à la pluralité de l’offre. Un problème ? Ben oui, renouveler sans cesse demande beaucoup de créativité et de nouvelles idées. Boh, c’est pas un problème pour eux ça. Il suffit de se spécialiser dans les basiques. La pièce n’est donc plus à inventer, juste à ajuster aux tendances actuelles grâce aux coupes, aux matières, et à des petits détails.

Les deux derniers points répondent aux besoins en marketing et en expérience client. Collaborer avec des marques plus ou moins pointues et confidentielles permet à Monoprix d’acquérir une image de qualité chez les connaisseurs. Être implanté partout en France (même à Castres, sous-préfecture du Tarn [bien appuyer sur le « t » pour signifier la ruralité intrinsèque au nom du département]), et proposer leurs collections sur un site e-commerce fonctionnel permettent d’offrir une expérience client de qualité.

Un circuit de création de qualité

La plupart des grandes maisons externalisent le bureau de style, affront que Monoprix ne fait pas. Premier avantage, ça permet de réduire le prix du produit final. La logique est implacable. Deuxième avantage, Monoprix maîtrise toute la phase de création du vêtement. Le bureau de style est ainsi spécialisé, et peux très rapidement se remettre en question face aux résultats des collections précédentes pour ajuster les détails.

Allé, une petite vidéo kitsh de 2006 :

Nous on a pas pu dépasser les 45 secondes de visionnage. Ça pique les yeux et le nez. Pour revenir à la mode homme de Monoprix, ce perfectionnisme se rapprocherait même de ce qu’on trouve dans les maisons de luxe. Vincent de Sartel s’est vu confier trois collections pour Monoprix, et témoigne, lui qui connait l’univers des lignes maroquineries de luxe : « il y avait la même recherche de détail, de signatures reconnaissables, la différence se faisait plus sur le choix des matières. »

C’est l’instant blogueur mode

Il est temps de se pencher un peu plus en détail sur quelques pièces. J’ai choisi de m’attarder sur deux en particulier. Et comme je suis pas très con, j’ai préféré opter pour les pièces que j’avais déjà. En effet j’ai acheté il y a quelque temps deux tee-shirts en lin, et un pull en maille de coton. Et quel malheur pour moi quand j’ai fait ma petite recherche sur le site de Monoprix et que je n’ai retrouvé aucun de ces deux articles ! Alors j’ai appelé mon coach, à la recherche de conseils.

– Coach, t’as vu ce qu’il m’arrive ? C’est dingue !

– Ben oui Juju, souviens-toi ce que t’as écrit précédemment.

– Boh tu sais, moi j’écris sans trop y réfléchir.

– T’as dit que les collections étaient sans cesse en renouvelées !

– Aaaaaaah, d’accoooooord, je comprends ! Ben je vais prendre les photos sur mon corps de déesse alors.

– Bon idée.

Le tee-shirt en lin (25€)

Premier article sur lequel on s’attarde : le tee-shirt en lin (100% lin sivouplé). Idéal en été, avec ce coquin il est impossible de sentir la transpiration à des kilomètres. Mieux, le lin donne l‘impression qu’une légère brise vous caresse entre les omoplates. Je vous jure.

tee shirt en lin kaki de Monoprix
Voilà le bougre
tee shirt en lin monoprix couleur raisin
Et son homologue couleur raisin, piquant

J’ai acheté le tee-shirt en deux couleurs, en suivant à la lettre les conseils que je me suis donné dans l’article en deux parties sur le tee-shirt (partie 2 en question). En effet j’ai choisi le kaki et le raisin. Ce qui m’a plu c’est l’aspect texturé du tee-shirt, très caractéristique du lin.

col tee shirt lin monoprix
Mattez-moi ce détail du col, fin et propre !

J’ai été agréablement surpris par la qualité des finitions. Le col est propre, les coutures sont nickel, franchement copain y a rien à dire de ce côté. Comme prévu, ils se sont appliqués à ce que ce soit bien fait.

tee shirt monoprix
Une idée de tenue, aventurier dans la savane urbaine, tel Hemingway <3

Pour porter ce tee-shirt c’est plutôt facile, il vous donnera l’air d’un baroudeur de toujours, et s’accordera principalement avec toutes les couleurs basiques du vestiaire masculin. On est bien dans la définition du basique.

manche tee shirt lin monoprix
Seul bémol pour moi : la manche est un poil courte !

Mais il fallait bien un bémol ! Pour moi le patronage n’est pas idéal au niveau des manches. J’aime quand elles tombent sur le pic du faisceau externe du triceps (la petite bosse).

Au final je suis ultra satisfait du délire. Je le porte depuis 2 mois toutes les semaines (faut dire que j’ai tout le temps chaud), et il ne s’est pour l’instant pas déformé. Il a gardé une tenue respectable, et j’ai l’impression qu’il est parti pour durer.

Le pull en maille de coton (je connais pas le prix, faut pas déconner c’était un KDO !)

Deuxième pièce, last but not least, le pull en maille de coton. Celui-là je ne saurai vous parler de son rapport qualité/prix, vous l’aurez compris.

pull maille creme monoprix
Je vous présente mon copain le pull en maille, en train de dabber
col pull maille monoprix
Je vous laisse admirer la propreté du col, tout comme la maille, régulière et serrée

Même refrain, au niveau de la qualité des finitions, tout est bien fait. La maille est nickel, les bords cotes aussi. Seul doute qui peut rester, c’est la coupe.

pull-maille-creme-monoprix
Une petite mise en situation, sur les bords de la Tamise, en week-end

Ben rien à dire sur ce point non plus, la maille tombe bien. La coupe est ni trop longue au niveau des bras, pas non plus trop large au niveau du ventre et du buste.

converse
“Vazy les gars laissez-moi bronzer, je suis blanche comme un cul”

En conclusion sur le pull, je suis Bush Beh. Il est idéal à la mi-saison, et est suffisant en hiver quand les températures tournent autour de 10 degrés. Par contre, que ce soit pour le pull et le tee-shirt, impossible de trouver des informations sur la confection et les matières premières. Les deux sont fabriqués en Chine, ce qui n’est pas forcément un signe de mauvaise conception. Je vous redirige vers cette analyse qu’a fait BonneGueule sur les idées reçues du “made in”.

Je vous propose de conclure sur la mode homme de Monoprix

Donc au final, si on doit récapituler. Monoprix, c’est pas parfait, mais ça fait des efforts, à tous les rayons. Petite anecdote pour les valeureux qui sont arrivés à la fin de cet article : c’est Monoprix qui a lancé les smoothies Innocent. Bien non ?

Quant au sujet qui nous intéressait dans cet article, le mode Homme de Monoprix est dans la lignée de leur offre. On a affaire à des basiques propres, vraiment accessibles, avec des matières réputées. On peut néanmoins déplorer un manque de transparence sur les matières.

Vous pouvez nous rejoindre sur Facebook et Instagram, histoire de nous encourager kwa.

Laisser un commentaire